La Fondation Haïti Partage est un organisme non-gouvernemental fondé par un philanthrope montréalais, monsieur Réal Rousseau. D’abord incorporée comme organisme à but non lucratif en 1967 sous la dénomination de Fondation Roger-Riou, nous oeuvrons depuis 1999 sous le nom de Fondation Haïti Partage. En 2017, la fondation soulignait son 50e anniversaire.

La Fondation Haïti Partage est une fondation à la fois canadienne et haïtienne par ses ressources humaines et financières. Les instigateurs de projets et les intervenants sur le terrain sont des haïtiens compétents. Une des intervenantes, madame Mica de Verteuil, jouit même d’un statut international. Les projets sont encadrés par des visites périodiques de membres du conseil d’administration de la fondation. Le CA réunit les deux cultures dans sa composition. La fondation dépend essentiellement des dons du public, c’est-à-dire des donateurs de toute origine dont la majorité provient du Québec. La fondation est également fière de pouvoir compter sur l’appui d’un groupe de
femmes d’affaires de Port-au-Prince, preuve de la réputation de fiabilité de la Fondation Haïti Partage.

La Fondation Haïti Partage est une fondation non-confessionnelle, mais elle collabore volontiers chaque fois que nécessaire avec des organismes religieux.

Lieux d’intervention

La Fondation Haïti Partage réalise ses activités de coopération dans le département de la Grand’Anse, au sud-ouest d’Haïti.

Jérémie

Chef-lieu de la Grand’Anse, la ville de Jérémie, qui comptait quelques 35 000 habitants avant le séisme de janvier 2010, en compte maintenant le double. Jusqu’à maintenant, Jérémie est une ville relativement isolée, par manque d’une route digne de ce nom. Les habitants sont dans l’attente de la réfection de la route nationale 7, réfection qui a débuté en septembre 2009. Le Canada contribue à hauteur de 75 millions de dollars pour la reconstruction de la route nationale 7 entre Jérémie et les Cayes. Outre cette route, un port de mer et un petit aéroport la relient au reste du pays. Malheureusement, le Trois-Rivières, bateau qui reliait Jérémie et Port-au-Prince, a cessé ses activités depuis quelques mois. On y compte deux hôpitaux et quelques ressources d’hébergement dont celles de Mère Teresa. En éducation, il y a une constituante de l’Université de Port-au-Prince où l’on enseigne le droit, une école de métiers, une école d’infirmières, quelques lycées et de nombreuses écoles de niveaux fondamental et secondaire.

Les Abricots

Sise au centre d’une commune de plus de 30 000 habitants, le village des Abricots est situé à quelque 30 km à l’ouest de Jérémie. Le village compte environ 1300 habitants. L’endroit était jadis couvert d’abricotiers (Mammea americana) dont le fruit délicieux était très recherché par les indiens Taïnos. Cette abondance valut au lieu son nom de Paradis des Indiens. En effet, selon leurs croyances, après leur mort, l’esprit des indiens se réfugiait à cet endroit. La commune est peuplée de pêcheurs et de petits agriculteurs. La plupart des paysans ne disposent que d’un demi-carreau de terre (soit approximativement 0,64 hectare ou 1,59 acre de terre), ce qui est à peine suffisant pour nourrir une famille. Nous parrainons aussi l’orphelinat Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse à Mapou, près de Cap Haïtien.

Principaux organismes impliqués dans le développement des Abricots
Outre de nombreuses contributions individuelles venues de toutes parts, certains organismes se sont appliqués au fil des ans et/ou s’appliquent encore, à répondre aux besoins des Abricotains avec Mica : la USAID, la FONHEP financée par USAID, la FHP, la COHAN, l’IEAH, la FAES, la BND, l’ACDI, l’ambassade du Canada, l’ambassade d’Allemagne, la Coopération française, l’Association des Amis de la Martinique, l’Union Européenne, le Secours Catholique, la Texaco, le Rotary Club, la Fondation Wihtney, The Eagle Foudation, De Fil en Aiguille, le Centre d’éducation spéciale de Port-au-Prince avec Ministère des Affaires Sociales sous l’égide de l’UNICEF,  la Guerra contra el Hambre, l’Unidos contra del Hambre, Médecins sans Frontières, Terre sans Frontières, Vêtements sans Frontières, la Fondation Velan, La Chaîne de l’Espoir, PDR Grand’Anse, Haïti Futur, The Soge Bank Foundation, Madame Angèle Garceau, Digicel, Contra El Hambre de Sant… et de Caguas, le Collège St-Thomas à Perrefonds, l’Association IWAH, Total, Gallimard, l’Association Une Main pour un Lendemain, Nato Wives, l’ambassade D’Autriche, FAO, Food for the Poors, la Fondation Paradis des Indiens, Fondation The Friends of Paradis des Indiens USA.

Quelques liens
La Maison d’Haïti
Mémoire de Femmes
Vêtements Sans Frontière